August 19, 2016

Affrontements entre Les troupes gouvernementales...

Affrontements entre Les troupes gouvernementales et le FRUD

Le 15 août 2016 de 6h à midi, des soldats ont attaqué durant plusieurs heures, les positions du Front pour la Restauration de l’Unité et de la Démocratie – FRUD – sur le mont Yegger, les assaillants ont été repoussés violemment malgré le renfort venu par Garab et qui est passé par le territoire éthiopien. Le lendemain, les soldats très démoralisés ont refusé de combattre. La présence du Frud dans cette zone très proche de l’axe routier Djibouti Ethiopie et de Galafi inquiète non seulement les autorités djiboutiennes mais éthiopiennes, qui par l’intermédiaire des notables de la région avaient demandé au FRUD de s’installer plus loin, lequel aurait répondu que Yegger faisait partie intégrante du territoire djiboutien jusqu’à nouvel ordre. Le FRUD qui s’inquiète du passage des soldats djiboutiens par le territoire éthiopien, aurait aussi fait savoir qu’il n’avait aucune intention d’attaquer les intérêts éthiopiens.

Alors que l’armée Djiboutienne avait les yeux braqués sur l’évènement de Yegger, dans la nuit du 15 au 16 août, les combattants du FRUD ont mené une attaque contre le camp de Margoïta (situé prés du Mont Moussa Ali, à quelques km de la frontière éthiopienne). Le FRUD, profitant de l’effet de surprise, a crée la panique au sein des soldats, qui se sont tirés dessus et se sont dispersés en désordre, laissant le camp vide, ce qui a permis au FRUD de récupérer plusieurs armes. Plusieurs soldats seraient encore dans la nature Cette action a permis aussi de libérer plusieurs familles de la région qui sont maintenues de force depuis des années comme bouclier humain autour du camp de Margoïta, certaines d’entre elles ont pu franchir la frontière et se réfugier en Ethiopie. Read more

The clashes between Djibouti troops and FRUD to...

The clashes between Djibouti troops and FRUD to Yegger and Margoïta the Northwest district of Tadjourah

August 15, 2016 |  6 am to noon, government soldiers attacked during several hours, FRUD positions on Mount Yegger, the attackers were repulsed violently despite the reinforcements which came by Garab and went through Ethiopian territory. The next day, very demoralized soldiers refused to fight. The presence of the FRUD in this area very close to the highway Djibouti – Ethiopia and Galafi concerned not only the Djibouti but Ethiopian authorities that through the notables of the region had asked the FRUD to move further, but the request was rejected because Yegger is part of Djibouti territory until further notice. FRUD who is worried about the passage of Djiboutian soldiers through the Ethiopian territory, have also indicated that it had no intention of attacking Ethiopian interests. Read more

April 29, 2016

PRESS BRIEFING

PRESS BRIEFING

femmes
The 25th of Avril, one month after the strike France, The fight goes on

10 Djiboutian women are starting a hunger strinke in Belgium against the rapes by the djiboutian army & the impunity. They want to speak out against the rapes of Afar women by Djiboutian soldiers. Those abuses continue in total impunity since september 1993 in the North and South West of the country. PDF

Des soldats djiboutiens ou le viol comme arme de...

Des soldats djiboutiens ou le viol comme arme de guerre

Des soldats djiboutiens ou le viol comme arme de guerre10 femmes djiboutiennes ont fait la grève de la faim à Arcueil en France, du 25 mars au 13 avril. Leur action pour dénoncer les viols des femmes Afars par les soldats de l’armée djiboutienne, et leur impunité a eu un retentissement important en France et par le monde.
Le comité des femmes djiboutiennes contre les viols et l’impunité (COFEDVI), soutenu par l’Association Française Femmes solidaires, dénonce depuis 24 ans, les viols des femmes Afar par les soldats.

Depuis le début du conflit armé entre le régime de Djibouti et le FRUD en 1991, des centaines de femmes ont été violées par l’armée gouvernementale. Ces crimes se déroulent (près) des bases militaires française, américaine, nippone et chinoise. C’est pourquoi le Comité lance un appel à la communauté internationale pour qu’elle condamne les viols et l’impunité de ces crimes.

Les viols qui sont perpétrés dans les régions du Nord et du Sud-0uest, sont utilisés comme une arme de guerre, visant à détruire l’identité des communautés. L’impunité des soldats, érigée en système rend impossible toute reconstruction pour ces femmes. Ces femmes ont quatre exigences: la reconnaissance des viols comme crimes de guerre, l’ouverture d’une enquête internationale, le jugement des soldats suspectés de viol et le respect des conventions régionales et internationales ratifiées par Djibouti.

PDF

April 6, 2016

Entretien avec Mohamed Kadamy Président du Front...

Entretien avec Mohamed Kadamy
Président du Front pour la Restauration
De l’Unité et de la Démocratie (FRUD)

Entretien avec Mohamed Kadamy Président du Front pour la Restauration De l’Unité et de la Démocratie (FRUD)

A l’occasion de l’élection présidentielle djiboutienne qui aura lieu vendredi prochain, nous avons réalisé un entretien avec le président du FRUD Monsieur Mohamed Kadamy. Read more

More diplomatic activities by Eritrean nationals...

مجلس الامن وارتريا ما أسباب فرض ورفع...

ባይቶ ጸጥታን ኤርትራን ምኽንያት ምሕላፍን...

Eritrean community festival in Jeddah

President Isaias receives message from Kenyan...

Messages of congratulations