April 29, 2016

Des soldats djiboutiens ou le viol comme arme de guerre

Des soldats djiboutiens ou le viol comme arme de guerre

Des soldats djiboutiens ou le viol comme arme de guerre10 femmes djiboutiennes ont fait la grève de la faim à Arcueil en France, du 25 mars au 13 avril. Leur action pour dénoncer les viols des femmes Afars par les soldats de l’armée djiboutienne, et leur impunité a eu un retentissement important en France et par le monde.
Le comité des femmes djiboutiennes contre les viols et l’impunité (COFEDVI), soutenu par l’Association Française Femmes solidaires, dénonce depuis 24 ans, les viols des femmes Afar par les soldats.

Depuis le début du conflit armé entre le régime de Djibouti et le FRUD en 1991, des centaines de femmes ont été violées par l’armée gouvernementale. Ces crimes se déroulent (près) des bases militaires française, américaine, nippone et chinoise. C’est pourquoi le Comité lance un appel à la communauté internationale pour qu’elle condamne les viols et l’impunité de ces crimes.

Les viols qui sont perpétrés dans les régions du Nord et du Sud-0uest, sont utilisés comme une arme de guerre, visant à détruire l’identité des communautés. L’impunité des soldats, érigée en système rend impossible toute reconstruction pour ces femmes. Ces femmes ont quatre exigences: la reconnaissance des viols comme crimes de guerre, l’ouverture d’une enquête internationale, le jugement des soldats suspectés de viol et le respect des conventions régionales et internationales ratifiées par Djibouti.

PDF

Sudanese senior delegation on official visit to...

Press Release

Official visit by Prime Minister of Sudan to...

Seminar to Eritrean nationals in Riyadh

Commemorations of 40th anniversary of founding of...

Eritrean community festival in Riyadh